#50 - Rendez-vous du 17 mars : Contribuer, une condition du mieux-être et de la santé des seniors ?

Créateur : Equipe
Date : 17-03-2021 16:59:17
6messages2participants
le 17-03-2021 16:59:17
Equipe
Coopérant
La psychosociologue Danielle Rapoport et le sociologue Michel Billé, vont questionner l’impact de l’activité contributive dans la vie des séniors : peut-elle leur redonner toute leur place, améliorer leur quotidien et leur santé globale ?

Retrouvez dans cette discussion la captation de la table ronde en visio du 17 mars et continuons les échanges.


0
-
0
le 18-03-2021 11:23:26
Equipe
Coopérant
L’activité marchande génère une catégorisation de la société en deux parties qui ne se rejoignent pas : les actifs et les inactifs.

L’activité contributive, elle, part du principe que l’inactivité n’existe pas et que nous sommes tous contributeurs de la richesse générée de par le monde. 

Dans cette captation, nous verrons de quelle manière le Pacte d'activité contributive permet aux seniors de (re)trouver leur place dans la société en continuant à créer du lien, en cultivant un sentiment d'utilité et de valorisation lié à l'estime de soi et en restant connecté avec la réalité.
0
-
0
le 08-04-2021 17:07:28
Echos
Coopérant

Séverine : Je rebondis sur la remarque de Danielle sur les enfermements, silos entre générations et les cycles de vie. On pourrait retourner sa question telle que « à partir de quand se sent on vieux ? ». Il y aurait ce miroir chez les jeunes : « à partir de quand se sent on adulte avec sa place et une reconnaissance sociale ? ». L’âge est un processus complexe à plusieurs stades de la vie. Comment reconnaître, valoriser justement ces activités contributives (bénévolat, entraide multiple…) qui ont une valeur clé pour la société ? 


Marie-Claire : Est-ce vraiment le vieillissement qu’il est nécessaire de questionner ou bien d’autres facteurs tels que la notion de productivité que fait l’humain ? L’expérience liée à l’âge n’est-elle pas une voie vers la sagesse ? 


Anne : Est-ce que la question du vieillissement n’est pas celle du sens que l’on donne à sa vie après qu’elle ait été gouvernée pendant plus de 40 ans par le monde du travail. On entend souvent dire que l’on a passé toute sa vie à travailler. Alors après, quelle est cette période post-travail ?


Serge : La discussion porte sur la fin de vie mais comme dans la vie active, il faut toujours avoir un ou des projets. C’est un excellent moteur pour passer une bonne retraite.

Liliane : Oui ! Et être curieux toujours !


Serge : Il y a aussi des retraités qui travaillent encore… je travaille depuis 48 ans et j’aime bien car je reste, et je souhaite passer le flambeau de mon modeste savoir.


Claude : La crise du Covid a accentué l’impression d’être vieux. Nous sommes considérés comme une population à risque et plus vraiment comme des personnes normales. Justement, à AGIRabcd, on arrive à oublier ce regard que la société porte sur nous.


Josiane : Oui, à AGIRabcd le relationnel est le plus important.


Serge : Être vieux, c’est aussi pour beaucoup dans la tête de chacun, le mental est un moteur énorme, pensez à la méthode Coué… il faut savoir positiver, toujours sans excès.

0
-
0
le 08-04-2021 17:09:17
Echos
Coopérant

Josiane : Concernant les propos de Michel Billé, les liens se distendent et le choix des liens est de plus en plus difficile.


Serge : N’avez-vous pas remarqué que les vrais liens sont d’autant plus absents que nous sommes dans des pays matériellement riche ? La richesse matérielle ne semble pas être un moteur pour les liens sociaux.


Josiane : Le lien et encore plus en temps de Covid ne serait-il pas possible qu’avec la transgression de l’image sociétale des séniors ? Le lien ne se fait pas seul, en restant au coin de la cheminée en caressant son chien. Il faut aller vers l’autre. Et pour aller vers l’autre, il faut s’aimer soi-même, et garder cette bonne estime de soi.

0
-
0
le 08-04-2021 17:10:48
Echos
Coopérant

Chiara : Le sentiment de perte permanent évoqué par Michel Billé (perte de ses aptitudes physiques, de ses capacités mentales, pertes de ses proches qui meurent...) peut-il être atténué grâce à la prise de conscience que les choses changent toujours dans une vie ? … c’est simplement le « changement ».

0
-
0
le 08-04-2021 17:12:47
Echos
Coopérant

Jean-Pierre : Je pense que c’est la diversité des activités proposées aux bénévoles retraités qui séduit.


Serge : Effectivement Jean-Pierre, la diversité est très importante car chaque humain voit son propre univers et personne ne voit le même univers, d’où la difficulté à réunir tout le monde dans un même groupe, si on a qu’une seule « monoculture ».


Lucile : La confrontation avec l'altérité me semble être une des conditions du bien-vieillir, pour ne s'enfermer sur soi justement, avec la menace d'un univers qui rétrécit.

0
-
0
le 08-04-2021 17:15:35
Echos
Coopérant

Anne : Je trouve très intéressant le propos de Robert Strauser sur le fait que la retraite n’a rien changé pour lui puisqu’il avait poursuivi ses activités bénévoles. Cela milite pour la reconnaissance de l’activité contributive et son utilité dans l’accompagnement vers la retraite. C’est un dispositif qui pourrait être proposé aux entreprises qui mettent en place des dispositifs d’accompagnement en « fin de carrière ».


Marie-Claire : A AGIRabcd sont présents des personnes en fin de carrière sur un temps partiel et rémunéré par l’employeur.


Nathalie : Cela constitue un mécénat de compétences.


Christine : La Poste est assez active en termes de mécénat et de bénévolat de compétences.


Jean-Pierre : Je me sens beaucoup plus « contributif » depuis que je suis bénévole et plus utile que dans mes dernières années de vie professionnelle.


Gérard : Personnellement, ma vie professionnelle extrêmement intense ne m’a jamais permis d’exercer une activité contributive faute de temps… Aujourd’hui retraité, je suis très heureux de donner de mon temps, et de transmettre modestement mes connaissances. Cela me permet de rester en contact avec le tissu social et économique, cette petite contribution donne entre autres un sens à ma vie !

 

Sonia : Avant tout, il faut le désir de donner à l’autre, de créer un lien et de continuer un projet de vie après notre vie professionnelle qui nous aidera en restant positif.


 Marie-Jo : Tous le échanges sur la retraite sont très positifs. La retraite est le début d’une autre vie qu’il est important de bien organiser, pour continuer à vivre… à son nouveau rythme.

0
-
0