#70 - Rendez-vous du 29 mars : quelle place pour l'activité contributive chez les jeunes

Créateur : Equipe
Date : 29-03-2021 12:46:46
9messages3participants
le 29-03-2021 12:46:46
Equipe
Coopérant
Retrouvez dans ce fil les extraits audiovisuels diffusés pendant l'atelier, la captation de l'atelier et venez réagir aux thématiques abordées ! L'échange continue ici, sur contributive.org. 
0
-
0
le 29-03-2021 18:39:11
Christine
Coopérant
0
-
0
le 30-03-2021 12:49:23
Equipe
Coopérant
Voici le lien vers la captation intégrale de l'évènement :
0
-
0
le 08-04-2021 17:31:26
Echos
Coopérant

Catherine : Anne Lambert est intervenue ce midi [29 mars] sur France Culture pour présenter la recherche collective qu’elle a co-dirigé sur les effets du confinement sur les grandes fractures françaises ; ce qui montre que la crise sanitaire a touché les plus fragiles.

 

Gabriel : Je suis d’accord avec ce qui a été dit sur le manque assez navrant de bienveillance des entreprises vis-à-vis de notre désir de nous impliquer, d’expérimenter, de travailler tout simplement, en tant que jeune.


Nathalie : A François Gabaut, vous citez des logiciels comme Excel et Powerpoint mais ils sont hors du scope car ce sont des outils qui ne permettent pas l’échange, très centrés sur l’entreprise. Cela confirme la réserve des jeunes vis-à-vis des organisations « classiques ».

0
-
0
le 09-04-2021 15:11:59
Echos
Coopérant

François : Est-ce incontournable de parles de générations et de leur écart : X, Y, Z ?

0
-
0
le 09-04-2021 15:13:16
Echos
Coopérant

Mamie : Les entreprises ne trouvent pas de candidats, ou ne trouvent-ils pas les compétences qu’ils souhaitent voir chez les potentiels candidats ?


Nathalie : Cette situation n’est-elle pas symptomatique d’un complet décalage (culturel, social, modèle d’organisation) entre les entreprises et les jeunes générations ?


Adeline : Je ne pense pas, car il subsiste des organisations attractives : celles qui savent se rendre désirables pour les jeunes. La donnée s’est inversée à mon avis : il faut être « choisi » par les jeunes (en stage notamment).

0
-
0
le 09-04-2021 15:14:19
Echos
Coopérant

Catherine : Les jeunes ont complétement intégré que la contribution fait maintenant et implicitement partie du parcours à l’accès, de plus en plus difficile, à l’emploi dans un continuum stage – bénévolat – service civique – emploi tremplin – CDD – CDI.


De mon point de vue, inciter à faire des actes contributifs est une chose, mais les imposer et les évaluer en est une autre. A partir du moment où c’est une obligation, ce n’est plus de la contribution.

0
-
0
le 09-04-2021 15:18:14
Echos
Coopérant

Anne : Les entreprises sont souvent en partenariat avec des écoles en lien avec leurs activités pour proposer des postes en alternance.


Catherine : C’est théorique ! Dans la réalité, peu d’école proposent des contrats d’alternance à leurs étudiants. 


Danielle : Pour avoir des étudiants M2 en alternance, ils choisissent en effet des grands groupes et/ou des entreprises plus humanitaires. Mais au final, le CDD et le CDI restent très valorisants. Il faut voir comment l’activité contributive peut apporter la même valorisation et le même effet rassurant. L’activité contributive a le mérite de rendre possible des « prises de risques » dans des chemins de traverse… pour l’instant. 

0
-
0
le 09-04-2021 15:19:09
Echos
Coopérant

Géraud : Dans notre association, nous obligeons les jeunes à encadrer ponctuellement d’autres gymnastes et à être en mesure de devenir des juges. Certains le font tant qu’ils sont obligés, mais d’autres continuent et s’impliquent au-delà de la simple obligation. Mon expérience montre que l’exemplarité des plus anciens et des parents demeure très importante à ce titre.


Anne : Les compétences que l’on développe en tant que contributeur sont plus intéressantes pour un recruteur que la contribution elle-même. 
0
-
0
le 09-04-2021 15:20:50
Echos
Coopérant

Géraud : On pourrait imaginer que l’activité contributive soit au service de la fameuse "année de césure" très importante dans d'autres pays que la France, et que certains jeunes ne peuvent pas se permettre financièrement.


Nathan : J’ai 17 ans, et je me sens effectivement plutôt loin du monde du travail ; j’aimerais être engagé mais à mon sens, les associations ne sont pas assez visibles.

0
-
0